6 heures plus tard, de Donald Harstad

Publié le par djak

harstad.jpgC'est en parcourant les rayons de la bibliothèque que je suis tombée sur ce roman policier qui m'a attirée dès les 1ères pages, dont le rythme saisit rapidement le lecteur.

Chapitre 1 : Un soir, à Londres, Emma Schiller rentre tranquillement chez elle, après avoir passé une soirée agréable dans un bar, avec ses amies. Soudain, des bruits, des voix, une agression suite à laquelle, après avoir résisté vaillamment, Emma est enfermée dans un coffre.

Chapitre 2 : Un prof de fac, Robert Northwood, une avocate, Hanadi Tamish et un ingénieur, Imad, donnent naissance à un mouvement contestataire : "le mouvement réformiste londonien pour la libération de Khaled al-Fawwaz et d'Ibrahim Eidarous". Mais ce qu'ignorent Northwood et Tamish, c'est qu'Imad n'est pas un simple activiste. C'est un terroriste lié de très près à al-Qaida.

Le ton est donné. Dès lors, le lecteur assiste à la déliquescence d'un plan qui semblait pourtant simple aux yeux de Northwood, personnage insupportable à souhait, que l'orgueil aveuglera jusqu'à la fin. De l'enlèvement à la mort accidentelle, en passant par diverses tortures et méthodes d'intimidation et en allant jusqu'à l'apparition d'un kamikaze, le lecteur découvre comment des personnages ordinaires et pleins de conviction peuvent être entraînés dans un engrenage terroriste dont ils perdent vite le contrôle.

Mais... malgré des pauses en quelque sorte méthodologiques où le narrateur nous donne à lire des propos plus généraux sur le terrorisme (fonctionnement, temps de réaction, organisation...), c'est justement dans la peinture qui nous en est faite que cela coince, que cela manque de crédibilité. Si l'auteur a cherché à mettre en lumière l'inconscience de certaines gens qui s'engagent sans réfléchir, il n'a que trop réussi, car cela frôle à certains moments le grotesque, le ridicule. Je n'ai pas du tout adhéré.

Le rythme, quant à lui, vif au début, ralentit très sensiblement durant une longue partie du roman, pour ne reprendre que dans les 50 dernières pages, qui relèvent heureusement le niveau du livre, dont je n'ai toujours pas compris le titre...

 

Un roman qui se lit donc facilement, mais qui n'a de policier que l'intrigue.

Publié dans Policiers

Commenter cet article

Lilibook 26/05/2010 10:33


Ah oui, la série entière est notée dans ma lal depuis quelques temps ;-))


djak 26/05/2010 20:00



eh bien je lirais volontiers ton avis dessus, lorsque tu auras concrétisé () pour
savoir si ça vaut le coup de poursuivre!



Stephie 24/05/2010 08:15


Merci de ne pas alourdir ma PAL ce matin ;)


djak 25/05/2010 06:36



hé hé! on peut pas toujours tomber sur de bons livres!