Barberousse, de Yamamoto Shûgorô

Publié le par djak

barberousse0.jpgC'est du point de vue de l'ambitieux jeune médecin Noboru Yasumoto que nous faisons la connaissance de Kyojô Niide, dit Barberousse, un médecin plus modeste, qui travaille essentiellement au service des plus démunis, dans le Japon du XIXe siècle. D'abord surpris et révolté par les conditions de travail dans lesquelles il se trouve, Noboru, qui se revendique sans cesse de sa belle formation occidentale, découvre au fil des épisodes qui constituent ce roman la vie des quartiers pauvres et des exclus.
Nous croisons ainsi avec lui Oyumi, la nymphomane folle qui se révèle dangereuse pour ses amants; Rokusuke, un vieillard qui meurt en laissant derrière lui des petits-enfants maladifs et une fille qu'il n'a pas vue depuis de trop nombreuses années; la famille Gorokichi dont les membres se suicident tous, sous l'effet conjugué de la misère et de la honte sociale... Nous pénétrons également dans le quotidien des petits marchands au bord de la faillite, ainsi que des bordels, où, sans aucun jugement et gratuitement, Barberousse oeuvre également.
Les patients, dont l'un constitue à chaque fois le centre d'un chapitre, éveillent la compassion du lecteur, mais également celle du jeune médecin qui voit peu à peu son maître sous un nouveau jour : Barberousse, rustre et brutal au début, se révèle plein d'humanité et de convictions qu'il défend, même quand les administrateurs lui diminuent fortement son budget. Car si le roman constitue une peinture réaliste du Japon de l'époque, il se révèle également critique sociale sans détour, à la manière de nos romanciers du XIXe.
J'ai vraiment aimé parcourir cette oeuvre, dont la traduction est plutôt réussie et agréable à lire. Chaque épisode comporte sa part d'émotion et m'a permis de découvrir une période de ce pays que je n'imaginais pas ainsi.

Publié dans Littérature japonaise

Commenter cet article

djak 09/03/2010 22:55


pas de problème, je te l'apporte samedi!


Cine 09/03/2010 20:41


ça me donne bien envie de le lire... tu me le prêtes?


Cine 09/03/2010 20:37


ça me donne bien envie de le lire, tu me le prêtes?