La Carte et le territoire, de Michel Houellebecq

Publié le par djak

houellebecq.jpgC’est grâce à PriceMinister que j’ai eu l’occasion d’ouvrir mon premier Houellebecq… un de ces auteurs dont on connaît tous le nom, un de ces auteurs ô combien controversés, dont on dit qu’on adore ou qu’on déteste.

Eh bien, pour ma part, j’aurais tendance à dire que je n’adhère pas.

 

La carte et le territoire est un roman en trois parties :

*La première est consacrée à Jed, un artiste (photographe et peintre), dont l’ascension impressionnante nous est rapportée : sa création, ses expositions, ses rencontres, sa fortune mais également ses états d’âme face à l’acte de créer.

*Dans la deuxième partie, une relation très étroite (en même temps que distante) se noue entre Jed et un Houellebecq-personnage, présenté comme un écrivain torturé, dans un état physique et psychologique lamentable et répugnant, que Jed missionne pour écrire le texte de sa nouvelle exposition ;

*La dernière partie est consacrée à l’enquête qui suit le meurtre sordide d’un des personnages, dont l’issue est plutôt surprenante.

 

Si j’ai assez accroché avec la dernière partie, au rythme plus vivant, et véritablement étonnante dans sa tonalité, les deux autres parties ont eu tendance à m’ennuyer, voire à m’agacer. L’ensemble se lit plutôt bien, même si rien de particulier dans l'écriture n'en ressort, mais les personnages perdus dans le monde, qui s’isolent, qui cherchent à se démarquer et portent un lourd pessimisme en eux ne m’attirent décidément pas. Pas plus que le style moderne du roman, rempli de référence aux marques, aux personnages contemporains stars de la télévision ou autres…

 

Une première rencontre ratée avec Houellebecq, somme toute. Un jour, peut-être…

 

Ce livre se trouve dans la sélection Goncourt des lycéens, dont il reste au final:

Olivier Adam, Le coeur régulier (en cours de lecture)
Thierry Beinstingel, Retour aux mots sauvages
Virginie Despentes, Apocalypse bébé
Mathias Enard, Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants
Michel Houellebecq, La carte et le territoire
Maylis de Kerangal, Naissance d’un pont (en cours de lecture) 
Chantal Thomas, Le testament d'Olympe
Karine Tuil, Six mois, six jours 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Livraison 28/11/2010 23:11


Djak, si tu passes chez nous, ne va pas croire à une contradiction honteuse... Je ne suis pas revenue sur mon aversion pour Houellebecq, c'est mon adoré et adorable coblogueur qui a tenté
l'aventure... et est arrivé à une conclusion semblable à la mienne :D


Noukette 09/11/2010 00:13


Un des premiers avis que je lis qui se rapproche vraiment de mon ressenti ! J'ai moi aussi été profondément agacée par cette lecture, j'ai failli abandonné, j'ai pesté, j'ai râlé... Cette mise en
scène de soi, c'est quand même très particulier ! Goncourt mérité ou pas, je n'en sais rien, mais je n'ai pas adhéré non plus ! ;-)


Véro. 23/10/2010 12:56


Je ne connais pas cet auteur et pour le découvrir j'ai Les particules élémentaires dans ma PAL ... à suivre donc ! Mais je laisse ce titre de côté !


djak 24/10/2010 17:29



Je lirai volontiers ton billet sur Les particules... Il me laisse plus que sceptique, cet auteur.



evertkhorus 17/10/2010 15:11


Ah dommage en effet qu'il ne t'ai pas plu. Ce n'est pas un chef d'œuvre, et il ne mérite pas de prix à mon sens, mais j'ai passé un agréable moment avec lui...


djak 20/10/2010 18:11



plus j'y pense, plus je me hérisse contre l'auteur... il y en a, comme ça...



mrs pepys 15/10/2010 06:25


Ton avis confirme ma non-envie de lire ce roman.


djak 16/10/2010 12:03