La Voleuse de livre, de Markus Zusak

Publié le par djak

voleuselivres1.jpg"Un roman où il est question: d'une fillette, de mots, d'un accordéoniste, de fanatiques, d'un boxeur juif, d'un certain nombre de vols..." Voilà les mots que nous pouvons lire au dos de l'ouvrage dont je vais parler ici.

 

La Voleuse de livres de Zusak a pour contexte la seconde guerre mondiale et porte sur quatre années de la vie de Liesel, au cours desquelles elle découvrira tour à tour les plus grands bonheurs et les plus vives douleurs: bonheur de trouver une famille et un père qui sera un soutien et un modèle infaillibles au cours de la guerre ; bonheur d'apprendre à déchiffrer les mots, à lire les histoires et à les imaginer ; bonheur de se battre contre un garçon ; bonheur de voler de la nourriture, de voler des livres ; bonheur d'aimer... Mais également terreur face à l'émergence d'une haine qu'elle ne comprend pas, terreur à l'idée de manquer d'argent et de nourriture, terreur durant les bombardements ; terreur d'aider des juifs dans leur tentative de survie.

 

J'ai, comme beaucoup je suppose, déjà lu plusieurs livres portant sur ces événements terribles, mais celui-ci a la particularité de nous introduire dans les foyers de plusieurs de ces familles allemandes qui ont subi, à leur manière, une forme de persécution et d'oppression (obligation d'adhérer au parti, à la jeunesse hitlérienne, de ne pas réagir lorsque les juifs défilent en direction des camps, de cacher ses opinions...). Le point de vue de la jeune Liesel ajoute à la tension, puisqu'elle nous livre avec une innocence dramatique son incompréhension face à une haine sans fondement qui la touche de plus en plus directement.

 

L'originalité de ce livre, du point de vue narratif, est d'être relaté par la Mort elle-même, qui "n'a jamais été aussi occupée", dit encore la 4ème de couverture. Prise de parole étonnante, déroutante même au début de l'ouvrage, mais dont l'intrusion à certains moments clés de l'histoire permet de démultiplier la tonalité dramatique, par l'ajout d'un détail, d'une définition de dictionnaire qui permet au lecteur de mesure l'ampleur, la gravité des événements évoqués et de certaines paroles prononcées.

  

Mais avant tout, ce qui fait le fil directeur de ce livre, pour moi, c'est la rencontre avec l'Autre. Car Liesel, d'abord, fait la rencontre de Hans et Rosa Hubermann, qui l'adoptent, elle fait ensuite la rencontre de Rudy, qui deviendra son meilleur ami, puis la rencontre de Mme Le Maire, qui deviendra un soutien précieux dans sa quête des mots, enfin, la rencontre de Max, juif persécuté qui trouvera refuge chez les Huberman pendant des mois qui seront intenses en peurs, en découvertes, en humanité. Les échanges entre Liesel et son père adoptif, et entre Liesel et Max, le juif, sont les moments que j'ai trouvés les plus beaux dans ce récit car ils m'ont fait toucher du doigt ce que le mot "rencontre" signifie : trouver quelqu'un par hasard sur son chemin, mais également aller volontairement vers l'autre. 

Publié dans Littérature jeunesse

Commenter cet article

Luna 31/03/2011 15:55


C'est un livre que j'avais acheté, sans grand espoir, parce que je n'avais rien à lire... Et je dois dire que ça a été une sacrée et grande surprise !
Que d'émotions !
Je viens d'ailleurs de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...

Joli articles, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!


djak 05/04/2011 18:11



Je l'avais emprunté à mon CDI juste comme ça également et ça avait une vraie découverte!



Cassandra 02/05/2010 09:39


Je n'avais jamais entendu parler de ce livre mais il a l'air intéressant. Je note.


djak 02/05/2010 12:57



Tu as bien raison! Il mérite à être connu, je pense!



Elizabeth-Bennet 29/04/2010 17:31


Lu pendant l'été 2008 et énorme mais alors énorme coup de cœur de ma part ! Une histoire magnifique, bouleversante, qu'il faut absolument lire ! Il s'est trouvé que j'étais à la plage lorsque je
suis arrivée à la fin de ce roman et je me suis alors mise à pleurer et à pleurer, je ne pouvais plus m'arrêter, tout le monde me regardait !


djak 29/04/2010 21:40



Ah oui! il y a des livres comme ça, il vaut mieux éviter de les lire en public! ça m'avait fait le même coup avec D'autres vies que la mienne de Carrère!



MyaRosa 26/04/2010 21:54


Rooo je veux vraiment le lire ce livre. Il est dans ma PAL depuis un moment, il faudrait que je m'y mette.


djak 27/04/2010 12:11



ah oui! fonce! tu ne seras vraiment pas déçue!



mrs pepys 19/04/2010 19:17


Une belle lecture. Un autre regard sur la guerre. Et pour une fois les Allemands ne sont pas tous cantonnés dans le rôle de méchants nazis.


djak 19/04/2010 20:39



Oui, c'est tout à fait ça! Ca a été une lecture très émouvante, intense, de ce point de vue et on dépassait certains clichés.