Le Dahlia rouge, de Lynda La Plante

Publié le par djak

dahlia-rouge-09.jpgSecond roman d'une série qui, à mon avis, devrait connaître un grand succès, Le Dahlia Rouge a toutes les qualités d'un bon, voire d'un excellent roman policier.
Le récit reprend une histoire devenue à présent mythique, dont Brian De Palma a fait un film (peu réussi, selon moi...), inspiré de l'excellent roman noir de James Ellroy. Il s'agit de l'enquête autour du Dahlia noir, cette femme assassinée dans des circonstances atroces, et dont le meurtrier, jamais arrêté, a quasi ridiculisé les policiers de Los Angeles.
Cette fois, les faits se déroulent en Angleterre. Une femme est retrouvée morte et tout est réuni pour pousser les enquêteurs et les médias à faire le rapprochement avec le Dahlia noir, histoire alors vieille de 20 ans : les blessures infligées sont identiques, les sollicitations du meurtrier auprès des médias, puis de la police, le sont également, et la crainte de voir le meurtrier s'échapper l'est tout autant.

Se dire qu'il est trop facile de reprendre une histoire si célèbre serait une erreur, car l'auteur, Lynda La Plante, ne cherche pas à imiter : si la 1ère partie du roman s'appuie fortement sur les faits et les détails de l'enquête autour du Dahlia Noir, il n'empêche que l'auteur parvient à ajouter sa touche personnelle, à transcender ces éléments en élaborant autour des personnages et de l'enquête une tension psychologique très prenante. Au centre, un personnage se détache effectivement : l'inspectrice Anna Travis, dont le lecteur suit les observations, les hypothèses, les doutes, les erreurs... et qui s'attire très vite notre sympathie. Ce sera d'ailleurs ce personnage qui fera le lien de la série policière entamée par Lynda La Plante.
Dans la 2nde partie, la plus "originale" de l'auteur, nous est peu à peu brossé le portrait d'un criminel dans toute sa splendeur : terriblement sadique, effroyablement manipulateur, exaspérément sûr de lui, mais également donnant l'inquiétante impression d'être insaisissable, à l'instar du meurtrier du Dahlia Noir...
Quant au rythme du récit, il est tout simplement effréné : lorsque ce ne sont pas les révélations surprenantes, les retournements de situation, les dangers encourus par les personnages qui nous tiennent en haleine, ce sont les réflexions du personnage central qui nous emportent. Donc, si vous avez soif de roman policier impossible à poser sur la table de chevet, lisez-le !

Publié dans Policiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lilibook 28/03/2010 21:45


Je prend note.


djak 29/03/2010 07:02


Et les PAL qui grossissent...!