Le Maître de Thé, de Yasushi Inoué

Publié le par djak

Lemaitredethe.jpgJe sors à peine de la lecture de ce roman certes court, mais réellement intense et riche pour qui veut découvrir un aspect plus intimiste de la culture japonaise.

Le récit concerne les années 1590 à 1620. Le narrateur, le moine Honkakubo, était le disciple de Maître Rikyu, qui a réellement existé et dont la mort a été bouleversante, pour tous ses disciples comme pour le monde du thé dans sa globalité. En effet, Maître Rikyu a brutalement reçu l'ordre de se faire seppuku (se tuer), ce qu'il a fait dans la plus stricte intimité, sans fournir aucune explication sur les raisons de cet ordre tragique.
6 ans après la mort de son maître, alors qu'il s'était retiré du monde du thé, Honkakubo croise M. Toyobo, lui-même très proche de Rikyu : tous deux discutent longuement du maître perdu et cette rencontre plonge notre narrateur dans de multiples réflexions et interrogations sur les derniers jours de son maître, sur toutes les rumeurs entourant sa mort et sur les liens qui unissent le monde du thé et le monde politique.
Ainsi, pendant plus de 20 ans, Honkakubo analyse les faits, se replonge dans des souvenirs confus et douloureux qu'il avait souhaité oublier, rencontre les protagonistes de cette époque, fait des recherches pour connaître la vérité sur la mort de son maître.

Cette exploration du passé se révèle être, en réalité, exploration du sens de la vie et du sens de la mort, réflexion sur la manière de conduire sa vie, et la manière de la quitter. Pénétrer le monde du thé, par la lecture du Maître de thé, c'est entrer dans La Voie du Thé, dans la philosophie de cette cérémonie où chaque élément a son importance. Nous découvrons alors, dans une ambiance tamisée des plus délicates, le rôle et le sens des ustensiles utilisés lors de la cérémonie du thé, dont le raffinement transparaît parfaitement à travers la narration. Nous apprenons également qu'une cérémonie n'a pas la même portée selon le nombre d'invités et leur statut. Le moine Honkakubo nous fait ainsi partager, avec une émotion palpable, la cérémonie que son maître a menée pour lui seul, peu de temps avant sa mort.
La narration, à la fois retour dans le passé et avancée dans le temps (puisque la recherche dure 24 ans), permet également au disciple de prendre conscience des principes qui ont dirigé la vie de son maître et l'ont distingué de "l'homme de thé" et de "l'amateur éclairé" pour le faire accéder au statut de"Maître de thé" reconnu et apprécié d'un grand nombre.

Ainsi, si l'on sort des mangas, des livres de samouraï, entre autres, qui ont évidemment leurs qualités et leur saveur, je pense que pour entrer dans le monde japonais par la porte secrète, c'est ce livre qu'il faut lire!

Publié dans Littérature japonaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

djak 15/03/2010 20:25


Je pense que tu ne seras pas déçue! Ca m'a donné envie de poursuivre mon exploration de la littérature japonaise, vraiment!


Liyah 15/03/2010 11:01


Fan du Japon je ne peux qu'ajouter ce livre a ma LAL ! Merci pour ton avis !