Le Marchand de passés, de José Eduardo Agualusa

Publié le par djak

marchandPassesEncore une belle entrée (ou plutôt "sortie") dans la littérature étrangère, et plus précisément la littérature portugaise (Angola), avec la découverte du Marchand de passés, de José Eudardo Agualusa.

Nous sommes à Luanda, capitale de l'Angola, à la fin de la guerre révolutionnaire. Le personnage central, Félix Ventura, est le marchand de passés. Qu'est-ce donc ? Tout simplement un homme qui vend un passé, une généalogie, des origines à ceux qui le lui demandent : des anciens révolutionnaires, des hommes politiques qui, ayant acquis une fortune solide, veulent disparaître, et renaître meilleurs, plus honnêtes, plus sains.

Ce commerce permet à Félix Ventura de vivre confortablement, jusqu'au jour où il reçoit la visite d'un étrange et inquiétant personnage, qui refuse de lui révéler sa véritable identité et qui recevra pour nom de baptême José Buchmann. Les choses dégénèrent lorsque ce même José Buchmann transgresse les règles établies par Félix en allant sur les lieux de ses prétendues origines pour retrouver ses prétendus parents. Il ira même jusqu'aux Etats-Unis poursuivre sa quête ! Là, la frontière entre le mensonge et la vérité, entre la fiction et la réalité vacille, et ce qui relevait de la pure invention de Félix Ventura finit par le dépasser dans un périple qui relève d'une recherche des origines délirante et absurde en même temps que tragique...

 

Ce récit est plaisant à lire, faisant intervenir des personnages hauts en couleur, en particulier un narrateur des plus particuliers (je ne vous en dis pas plus...) et un voyageur excentrique, qui frise la folie. Le récit est amusant et léger, en même temps que satirique, laissant percevoir les traces de la  récente guerre civile, par la résurgence d'un passé qui ne veut pas disparaître, malgré les efforts des personnages. Enfin, le mensonge, l'invention d'une vie antérieure sont relayés par une atmosphère onirique omniprésente : récit de rêves, interrogation sur la réalité et l'identité des personnages croisés, narration par bribes, et le tout, dans un style épuré et aérien, qui m'a emportée dans un monde finalement très poétique, que j'aurais voulu voir plus développé encore...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Livraison 16/05/2010 21:16


Je n'ai jamais entendu parler du titre ni de l'auteur, mais j'ai un ami angolais... Ceci + ta chronique me donnent vraiment envie de découvrir ce livre ! Je note.
P.S.: j'ai mis ton blog en lien chez nous :)


djak 17/05/2010 22:16



C'est un livre intéressant et sympathique! pour ce qui est des liens, merci! il va falloir que je me mette à jour également!



Liyah 12/05/2010 14:32


Je le note ! En plus je connais pas du tout la littérature portugaise !


djak 12/05/2010 18:27



Moi non plus, à vrai dire, mais je suis tombée dessus en furetant dans les sorties poche du site Evene.fr et ça m'a attirée!



Emily 11/05/2010 21:48


Eh bien, cela a l'air original et très sympa. Je prends note !


djak 12/05/2010 06:52



Le titre et la couverture m'avaient beaucoup intriguée et si je ne m'attendais pas à ce tpe de récit, je n'ai quand même pas été déçue!