Madame Bâ, de Erik Orsenna

Publié le par djak

madameBa.jpgUne découverte intime de l'Afrique, et plus particulièrement du Mali, à travers ce récit très original d'Orsenna.

Madame Bâ, c'est une grand-mère malienne qui a lutté toute sa vie pour croire en la coopération franco-africaine et au développement de son pays. Elle lutte à présent pour obtenir un visa de la part de la France, pour retrouver son petit-fils Michel, repéré par des entraîneurs de foot et parti sur un coup de tête en France pour parfaire sa formation. Mais il ne donne plus de nouvelles...

L'originalité de ce récit réside dans le fait que, d'emblée, Madame Bâ s'adresse au président français tout en commentant le formulaire 13-0021 au fur et à mesure qu'elle le remplit. Chaque case de cette fiche administrative pour la demande d'un visa constitue autant d'occasions pour Madame Bâ de se questionner sur son identité, sur ses origines, de faire une plongée dans son passé, dans sa famille et de nous livrer ses réflexions et souvenirs comme ils lui viennent. Ainsi, la case "Nom" nous fait rencontrer avec plaisir son père et son grand-père, personnages hauts en couleur et fort attachants ; la case "Sexe" permet d'aborder avec une grande pudeur l'excision qu'elle a subie, et, plus loin, la case "Pays" nous donne accès à ces interrogations permanentes sur l'identité, les ethnies, les conflits intercommunautaires... Je trouve ce procédé très astucieux, très pertinent, que de passer par un formulaire administratif pour remettre en question ces cases que l'on remplit souvent automatiquement et qui, pourtant, posent des questions fondamentales sur notre identité. De très belles pages naissent ainsi de ces questionnements, qui touchent d'ailleurs les Africains aussi bien que les Occidentaux.

Mais, qu'on ne s'y trompe pas, jamais le ton n'est pas dramatique, pathétique. Il est juste, grave, lorsqu'il aborde des questions douloureuses, mais également léger, amusant, lorsque la narratrice nous rapporte légendes et anecdotes qui ont émaillé sa jeunesse, qui l'habitent encore profondément, et que le lecteur découvre avec plaisir.

 

Un seul bémol néanmoins : issue d'un peuple de tradition orale, Madame Bâ s'excuse souvent de sa prolixité... Il est vrai que sur les 500 pages que j'ai lues, j'ai senti mon enthousiasme s'essouffler sur la fin et je pense que l'impact aurait été plus marquant avec une centaine de pages en moins.

 

Mais c'est un détail qui ne m'empêche nullement de dire que ça a été une très belle rencontre avec Orsenna !

 

 

Quelques passages que je trouve si touchants de poésie et de vérité, que j'ai envie de les partager :

 

"La parole est comme l'eau, Marguerite. Elle aussi rompt notre solitude. Elle aussi transporte toutes les richesses possibles et se faufile sous les carapaces les plus fermées." (p.110)

 

"Ja-lou-sie. Nous répétions ces trois syllabes avec effroi et ravissement. Ainsi donc s'appelait la démone qui nous hantait le coeur. Il faut que vous compreniez que chez nous, en Afrique, haute terre de la polygamie, cette torture, la jalousie, prospère comme peut-être nulle part ailleurs. [...] Sous nos grands sourires, sous notre gaieté perpétuelle, nous souffrons. Souvent le martyre. Vous aimeriez, vous, que votre femme, le soleil de votre vie, se choisisse un deuxième époux plus jeune, et puis un troisième et qu'ils viennent tous s'installer à demaure et qu'ils partagent à leur guise le soleil de votre vie? Oui, figurez-vous, nous souffrons." (p.203)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yv 18/06/2010 20:06


Un livre épatant et un beau personnage de femme.


djak 19/06/2010 11:07



Oui, une très beau personnage de femme!



irrégulière 16/05/2010 13:38


J'aime bien cet auteur ! Néanmoins, là comme ça je ne vais pas me jeter sur ce livre, mais je garde en mémoire pour le cas où le hasard me mettrait en sa présence !


djak 16/05/2010 19:36



C'est tout à fait le hasard qui l'a mis entre mes mains! sans regret, sauf la longueur, comme je l'ai dit.



Liyah 16/05/2010 12:37


Ah il est deja dans ma LAL celui-la !


djak 16/05/2010 19:36



Il doit y avoir des auteurs et oeuvres incontournables!



Véro. 15/05/2010 18:48


Il me tente celui-là !


djak 16/05/2010 09:30



Alors n'hésite pas! il y a tout de même de belles pages à lire.



Stephie 15/05/2010 18:04


Je l'ai lu l'année de sa parution et ce livre ne m'avait pas plu du tout. Peut-être parce que je n'y avais pas "cru"


djak 16/05/2010 09:29



Je comprends... J'ai zappé ce sentiment quand il apparaissait.