Où on va, papa? de Jean-Louis Fournier

Publié le par djak

fournier.jpgOù on va, papa, est un très court récit autobiographique qui nous rapporte les bribes de la vie d’un homme, père de trois enfants, dont les deux aînés sont handicapés.

Loin du pathos vain et de la confession larmoyante, l’auteur dépeint avec retenue, parfois même avec humour, la vie quotidienne d'un père avec ses enfants handicapés : 
l'annonce du handicap du premier enfant, puis du deuxième, et l'angoisse avant la naissance de la petite dernière - la répétition incessante, sans doute lassante, des mêmes gestes, parfois des mêmes phrases, jamais totalement intégrées, jamais totalement comprises par les enfants handicapés - les regards, les remarques, les jugements, même, des personnes extérieures, sur cette situation doublement douloureuse.

Cet ouvrage permet également à l'auteur de nous livrer les réflexions, les questionnements, les doutes d'un père qui tente d'adoucir au mieux le "petit tour sur Terre" de ses enfants, "petit" en particulier pour Mathieu ; il nous révèle sans détour les renonciations que doivent faire les parents, quotidiennement, et qu'on n'imagine même pas : renonciation à la musique, renonciation aux discussions après l'école, renonciation à la transmission de goûts, de valeur, et, finalement, renonciation à l'avenir...

Néanmoins, en parallèle, pour que ce livre qu'il dédie à ses deux fils ne soit pas empreint d'une tristesse excessive, l'auteur nous fait cadeau d'anecdotes précieuses, teintées d'un humour jamais déplacé, qui suggèrent que la joie pouvait malgré tout être présente.

Si j'ai aimé lire ce récit, parce qu'il évoque un thème qui me touche particulièrement, je trouve malgré tout qu'il lui manque quelque chose... La structure morcelée adoptée par l'auteur prend trop l'allure de flash, de souvenirs mis les uns à la suite des autres, sans réelle logique, sans réel fil conducteur, hormis le thème de la vie quotidienne avec des handicapés, si bien que je ne suis jamais réellement entrée dans le récit. Certes, il est difficile de pénétrer un milieu si particulier, mais j'aurais apprécié un récit plus construit.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Liyah 14/04/2010 12:57


Moi j'ai adore ce livre ! J'ai l'impression que la structure du roman est tout simplement le style de JL Fournier. Tous les livres que j'ai lu de lui jusqu'à présent était dans ce style. Après on
aime ou pas ! Histoire de gout !


djak 14/04/2010 17:31



J'en lirai sans doute d'autres car malgré ces petites critiques, dans l'ensemble, mon impression était correcte.



pimprenelle 01/04/2010 20:24


Je l'ai acheté dès sa sortie en poche, mais je n'ai pas encore eu le temps de le lire! Il me tarde!


djak 01/04/2010 22:51



Chouette! j'aimerais avoir d'autres avis encore sur l'oeuvre car j'ai l'impression d'être passée à côté de quelque chose que je n'ai pas senti... le collègue qui me
l'a conseillé a été très étonné de ma réaction...!



Stephie 28/03/2010 16:41


Moi c'est le côté un peu lacunaire, fragmentaire qui m'a plu ;)


djak 29/03/2010 07:00


comme quoi, les goûts et les couleurs...


Elora 27/03/2010 17:44


J'ai apprécié, sans nul doute, cette lecture pour une chose : l'auteur ne tombe pas dans le "déjà-vu" et sort des sentiers battus. (et c'est ça, au fond, qui dérange certains...)
C'est vrai que le récit n'a que peu de logique dans la narration mais si Jean-Louis s'était contenté de quelque chose de classique, cela nous aurait (en tout cas, moi) peut-être moins parler.
D'ailleurs, aurions-nous pu entrer réellement dans le récit ? Pour ma part, je ne pense pas...quand on ne connait pas quelqu'un de lourdement handicapé.


djak 27/03/2010 19:11


Oui, tu as assurément raison, il est sans doute à mettre à part dans ce genre de littérature, mais justement, je ne connais pas du tout ce genre de littérature et
du coup, ça m'a étrangement "frustrée". Je reste persuadée qu'un auteur peut nous permettre d'accéder à la dureté de cette vie (comme pour d'autres thématiques aussi "violentes", certains y
parviennent), mais il faut croire que Fournier ne me parle pas assez, à moi. Merci en tout cas pour ce commentaire!


L'Ogresse 27/03/2010 10:01


Comme toi, j'ai aime ce livre, il m'a touchee. Le cote morcele m'a plu, j'ai trouve qu'il correspondait a l'etat d'esprit de l'auteur.


djak 27/03/2010 10:25


Effectivement, c'est ainsi que je l'ai compris. Des bribes de vie, des souvenirs sans voonté d'organisation. C'est une manière de faire, c'est vrai...