Palestine, de Hubert Haddad

Publié le par djak

haddad.jpgCaché dans un petit rayon de ma librairie, Palestine a rapidement attiré mon regard par son titre, puis par sa converture, et enfin par le nom de son auteur, Hubert Haddad. Je n'ai pas été déçue par cette lecture, loin de là...

 

Le récit commence "quelque part en Cisjordanie", dit l'éditeur. Mais en fait, le lieu précis ne compte pas. Seule l'ambiance est importante. Car dans cette oeuvre, Haddad a le mérite de convoquer tous ces "lieux communs" que nous avons à l'esprit lorsque nous pensons au conflit entre Isréaliens et Palestiniens. Il les rend plus concrets, plus visibles, il nous donne accès au quotidien de ces familles déchirées, de ces individus morts avant même d'avoir vécu, qui survivent comme des spectres à la recherche d'une identité, à la recherche de quelque chose à quoi se raccrocher, de quelque chose qui les fasse encore rêver.

C'est le cas de Cham, un jeune soldat israélien pris en otage par des Palestiniens et finalement recueilli et soigné par deux femmes palestiniennes. Sans identité, sans valeur propre, Cham veut croire en la possibilité de l'amour, de la femme salvatrice.

C'est aussi le cas de Falastin et de sa mère aveugle, Asmahane, qui ont aidé Cham et qui, elles, veulent croire au retour du frère aimé, que remplacera, un temps, le jeune homme qu'elles ont sauvé.

Des deux côtés, les mêmes interrogations, les mêmes doutes sur la légitimité de la guerre, de la violence, sur une paix imminente... Les personnages évoluent dans un monde qu'ils ne maîtrisent pas, sur lequel ils n'influent pas et dans lequel, finalement, leur vie importe peu. Comment, dans ces conditions, continuer ? Et pourquoi ? Telle est la question finale...

 

Palestine fait partie de ces récits qu'il faut prendre le temps de lire et de savourer, quand on a une ou deux heures devant soi, tant l'écriture est poétique, fascinante. Hubert Haddad accomplit un véritable exploit en rendant l'horreur poétique, en donnant une beauté à la guerre et, finalement, en insérant une note d'espoir dans une situation politique bloquée...

 

Une belle rencontre, donc, qui se poursuivra d'autant plus facilement qu'Hubert Haddad est l'auteur de très nombreux écrits!

Commenter cet article

Yv 18/06/2010 19:59


Un peu plus d'une heure ou deux pour ma part pour apprécier ce texte et ce qu'il dit à sa juste valeur


djak 19/06/2010 11:05



En fait, je l'ai commencé, puis reposé pour avoir le temps de le lire. J'ai dû attendre pas mal de jours et du coup, quand j'en ai eu l'occasion, je l'ai
dévoré!



irrégulière 18/06/2010 16:03


ça a l'air intéressant, en effet !


djak 19/06/2010 11:04



Toujours ces lectures sérieuses qui m'attirent irrémédiablement...!



Véro. 17/06/2010 09:13


Je viens de lire Ramallah mon amour de Mahmoud Abou Hashhash qui présente une vision palestinienne du conflit et du quotidien ... mon billet sera en ligne dans quelques semaines...


djak 17/06/2010 18:50



Eh bien j'irai voir cela avec plaisir! c'est intéressant, d'avoir ces points de vue un peu plus concrets!