Ulysse from Bagdad, par Eric-Emmanuel Schmitt

Publié le par djak

schmitt.jpgCe mois-ci, le défi "Découvrons un auteur" de Pimprenelle portait sur Eric-Emmanuel Schmitt, auteur ô combien célèbre, mais dont je n'avais encore jamais croisé la route. Ses ouvrages sont nombreux sur les rayonnages de la bibliothèque, mais mon choix s'est arrêté sur Ulysse from Bagdad, un titre plus qu'intriguant, mêlant légende antique et réalité orientale, voyage imaginaire et guerre bien réelle.

Dès le premier paragraphe, le ton est donné : "Je m'appelle Saad Saad, ce qui signifie en arabe Espoir Espoir et en anglais Triste Triste ; au fil des semaines, parfois d'une heure à la suivante, voire dans l'explosion d'une seconde, ma vérité glisse de l'arabe à l'anglais ; selon que je me sens optimiste ou misérable, je deviens Saad l'Espoir ou Saad le triste." Saad, un jeune Irakien, nous raconte son histoire, le périple qui l'a conduit à fuir un pays ravagé par la guerre pour devenir clandestin. Son enfance sereine et heureuse, l'avènement de Saddam Hussein et de sa tyrannie, l'invasion par les Américains, le semblant de paix réinstallée et la misère sans cesse grandissante, ponctuée régulièrement de morts terrifiantes et injustes, tels sont les éléments qui forment la première partie du récit et qui conduisent Saad à prendre la décision de quitter son pays. Les lecteurs se trouvent alors ensuite confrontés aux conditions de voyage et de vie terribles de ces hommes qui perdent famille, pays, et même identité, dans le seul but de survivre et d'aider les leurs à mieux vivre. En parallèle, Saad nous livre ses réflexions, ses doutes, ses questionnements, ses colères non pas seulement envers les dirigeants de son pays ou envers son propre peuple, mais également envers les Occidentaux, les personnes qui oeuvrent aux étapes cruciales pour un clandestin (demande de visa, de papier, de statut).

Si les thématiques abordées sont douloureuses et profondément déstabilisantes, l'impression qui demeure après avoir refermé le livre reste aérienne, légère, enjouée presque...Je dirais même peut-être pleine de Saad, d'Espoir. C'est le fait de l'écriture d'Eric-Emmanuel Schmitt et du mélange des genres à l'oeuvre dans Ulysse from Bagdad : réalisme dur, réflexions existentielles, mais également reprises de personnages et d'étapes de l'Odyssée, humour désopilant du père de Saad (personnage que j'ai adoré!), histoires d'amour, d'amitié, et d'attachement filial... Un ton finalement plein d'optimisme, qui en fait une lecture agréable et qui me donne envie d'y retourner!

 

D'autres billets sur l'auteur, c'est ici!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Liyah 22/07/2010 15:46


C'est un livre que j'ai très envie de lire !


djak 23/07/2010 09:32







Catherine 21/07/2010 19:40


Non, je ne pense pas pouvoir le lire avant la fin de la semaine. Je suis en train de lire Le roman de Tolstoï que j'ai reçu et j'ai reçu d'autres livres dont je dois parler rapidement.


djak 21/07/2010 21:29



Ca fait donc une lecture pour plus tard!



Les lectures d'Alexielle 21/07/2010 10:59


C'est celui que je voulais lire mais il était déjà emprunté! Tu me donnes encore plus envie!!!!!


djak 21/07/2010 17:47



j'espère qu'il reviendra vite en biblio!



Azilis 20/07/2010 23:07


encore un titre qui me tente bien!!! Je sens qu'on va créer un fan club EES!! ^^


djak 21/07/2010 17:46



l'avantage de ces lectures-découverte d'un auteur!



Catherine 20/07/2010 22:46


Pas lu : je le note !


djak 21/07/2010 17:46



Tu vas peut-être pouvoir le caser dans ta semaine?!